Camille

Camille

Camille. Amie de Julien, je suis également originaire de Saint Arnoult en Yvelines.

A Saint Arnoult en Yvelines, la Commune a offert une nouvelle salle de cinéma aux habitants

La salle de cinéma le Cratère a été rénovée, une information qui sera d’ailleurs confirmée par les spectateurs qui iront voir le film Star Trek.

Cette rénovation a coûté 80.000 € avec le changement de la moquette et tous les sièges », détaille Thomas Vantheemsche, directeur de la salle de cinéma.

Les vieux sièges de couleur jaune paille qui décoraient la salle depuis 1988, année à laquelle le cinéma avait été construit, vont céder leur place à des de couleur velours rouge, offrant plus de confort.

« Nous avons choisi d’installer des sièges plus évasés » explique le directeur de la salle. Résultat la salle qui comptait 455 places avant, en comptera désormais, 400.

Rivalité entre les salles de cinéma

Toutefois, le directeur indique que « concernant la projection des films il n’y a aucun problème. Hormis l’ensemble des films importants, qui peuvent amener du gros monde, comme il existe de nombreuses séances, il serait possible aux personnes qui n’avaient pu voir le film de revenir après ». Par contre pour les spectacles il serait confronté à un problème suite aux places supprimées.

Mais la Marie a fait un choix pensé

A Saint-Arnoult-en-Yvelines on dispose de plusieurs salles de cinémas équipés de plusieurs places. « Nous voulons concurrencer d’autres salles de cinéma appartenant à de grandes marques. En 2012, on a créé un cinéma en numérique avec une définition en 4K. Et il se peut qu’on rénove l’ensemble de la chaîne son. »

C’est le mardi 27 septembre à partir de 21 heures que la nouvelle salle sera inaugurée par la municipalité avec en plus, la projection du film « Le Radin », interprété par Dany Boon. Une façon pour la commune d’envoyer un message aux habitants qui peuvent se vanter d’avoir désormais une salle neuve à la taille de la ville.

Quand la photo d’Omran, un enfant blessé à Alep ému le monde

Alors que la photo du petit Aylan décédé à la suite d’une noyade sur une plage en Turquie suscité une vague d’émotions, une autre photo vient toucher la toile, celle d’un enfant blessé à Alep en Syrie. La photo de cet enfant est apparue à la une des journaux du monde.

L’image de cet enfant qui apparaît en sang et recouvert de poussière photographié le 17 août 2016 à Alep, seconde ville de Syrie. Sa maison a été détruite suite aux bombardements d’avions du régime syrien ou l’armée russe.

Ce garçon âgé de 5 ans a été sorti des décombres par les sauveteurs sans ses parents. Une vidéo réalisée par L’Aleppo Media Centre (AMC) montre l’enfant totalement éclaboussé posé sur le siège d’une ambulance. On le voit toucher son visage, regarde ses mains couvertes de sang, les essuyer et se pose la question de savoir ce qu’il a eu.

Une séquence émouvante qui suscite des réactions depuis plusieurs jours. Une image qui rappelle celle du petit également syrien Aylan mort noyé sur une plage turque, l’année passée.

Plusieurs informations fusent sur les effrois que subissent le peuple syrien depuis. Mais toutes ces choses se déroulent dans un pays très éloigné. Mais ces images nous interpellent comme nous y étions. Il n’est pas possible de passer sans réagir et de compatir aux malheurs que vivent ces populations détruites par la guerre.

La mort du jeune syrien sur les plages turques avait aussi eu lieu en été. On voyait sur les images le corps d’Aylan traîner sur une plage de Méditerranée au bord de mer. Maintenant il s’agit d’un fauteuil d’ambulance sur lequel, Omran est assis à Alep. Cette image rappelle pourtant les images d’enfants assis sur les sièges autos pour enfant sur les routes des vacances et quand on essaie d’y voir de plus près on se rend compte que cela pourrait s’agir de nos enfants à nous ou que cela pouvait aussi arriver à eux. En 2015, la mort d’Aylan avait aussi provoqué un émoi considérable venant de plusieurs pays d’Europe. On s’attend aussi à ce que ce drame puisse susciter le même effet et même une forme de solidarité.

Les entreprises contraintes de pousser les salariés à se déconnecter après les heures de travail

Les entreprises vont désormais appliquer la Loi El Khomri pour aider le personnel à déconnecter après les heures de bureau. Déjà, quelques grands groupes ont expérimenté quelques solutions qui plus ou moins ont été satisfaisantes. En 1984 alors que les smartphones, les tablettes et autres gadgets électroniques n’existaient pas encore, le chanteur France Gall, ce visionnaire sonnait déjà l’alarme avec une chanson dont le titre est « Débranche ». Aujourd’hui avec tous ses appareils de haute technologie, une étude a montré que les trois-quarts des cadres continuent de consulter leurs mails professionnels après les heures de travail.

Cette situation de travail en continue est la principale cause de santé, du manque de repos et la baisse de productivité. La déconnexion est donc un sujet que les entreprises doivent prendre au sérieux. Pour cause, la loi El Khomri va désormais contraindre les entreprises à mettre en place des mesures pour lutter contre ce problème. 

Cette stratégie a été mise en place par certaines entreprises comme Volkswagen qui pour contraindre les travailleurs à « déconnecter » a bloqué l’envoi ou la réception des mails dans les boites mails professionnelles à certaines heures.

Une famille tuée par un automobiliste qui conduisait avec 2g d’alcool dans le sang

Une mère de famille roulant à bord de sa voiture en compagnie de ses deux enfants a été tuée dans un accident par un automobiliste ivre.

Le fait se sont produits lundi dans l’après-midi, sur l’avenue Mademoiselle de la Harpe, à Cestas. Angélique Pradier, mère de famille âgée de 39 ans, regagnait son domicile au Barp en compagnie de ses deux fils de 6 et 9 ans, quand un chauffard l’a percuté par l’arrière, l’envoyant droit dans un mur.

Toute la famille est décédée sur les lieux du drame. L’enfant âgé de 6 ans, est mort sur le coup, alors que celui âgé de 9 ans est décédé au CHU de Pellegrin dans la nuit.

Il conduisait avec deux grammes d’alcool dans le sang

Le chauffard, habitant Cestas et mis en garde à vue a été soumis à un test d’alcoolémie. Les résultats ont révélé qu’il conduisait avec deux grammes d’alcool dans le sang. Les premiers constats de l’accident indiquent qu’il roulait à une vitesse dépassant la moyenne. Ce dernier qui sera déféré mercredi risque une peine de prison de sept ans assortie d’une amende de 100 000 euros.